Nouvelle-Calédonie

17 mai : retour à l'eau, sous l'eau...

Le dernier jour d'avril, on profite de la lucarne disponible pour remettre Eol à l'eau : entre les week-ends, les jours fériés et les jours où la marée haute ne tombe pas dans les horaires de journée de travail du chantier, les créneaux n'étaient pas si nombreux que ça ! Enfin, après un dernier week-end intensif de nettoyage, de pose d'antifouling et de remise en marche du dessal, on retourne sur la remorque pour se faire déposer en douceur à l'eau. Ouf, le bateau flotte, les moteurs démarrent, et les nouveaux passe-coques sont étanches ! On quitte la baie de Numbo pour revenir mouiller à la pointe de l'artillerie, juste à côté de Ouistiti, revenu de Nouvelle-Zélande.

Eol semble tout nu sans ses voiles et son bimini, le pont noir de crasse, et il est bien encombré à l'intérieur, il y a un peu de travail pour le rendre vraiment habitable.

Quinze jours plus tard, nous sommes de retour sur corps-mort au fond de la baie de l'Orphelinat. Ce coin est bien plus calme, un peu à l'abri du vent, sauf en cas d'alizés soutenus comme en ce moment, où les rafales nous secouent et les averses s'enchaînent. C'est tout de suite moins sympa d'aller déposer les enfants à l'école et d'aller travailler en annexe dans ces conditions, d'autant que l'hiver a commencé, les températures sont fraîches et la nuit tombe vite. Vivement la marina...

23 avril 2014 : Entre deux élections

 

Le temps file à toute allure...

Il faut dire qu'entre les journées au travail / à l'école ou au centre de loisirs, les soirées-sorties (on a le choix : groupes de musique dans les cafés, soirée au théâtre de l'île, ou scène locale au centre d'art, match d'impro sur la place des cocotiers, apéro coucher de soleil au Ouen Toro,...) et les week-ends à s'occuper d'Eol avant sa remise à l'eau, on ne voit pas le temps passer.

 

De semaine en semaine, le bateau reprend un coup de jeune : vernis sur les boiseries intérieures, déjaunissage du gelcoat, grattage de la coque, nettoyage de l'annexe, travaux de couture, pose d'un nouveau tri-data loch/sondeur /speedo, renouvellement des batteries (trois fois 45 kilos portés à bout de bras pour descendre les vieilles, idem à la remontée...!), changement des connectiques, changement du système de fixation des panneaux solaires, la liste est encore longue.

Après quatre mois d'hivernage, on teste le matériel : les panneaux chargent, les batteries accumulent et les moteurs démarrent, tout va bien !

Encore une semaine et nous retrouverons la vie sur l'eau, adieu congélateur, machine à laver, fer à repasser, aspirateur et télévision !

  

Pendant ce temps en Calédonie, les élections municipales à peine passées, on se prépare pour les provinciales. Coups bas entre partis politiques, bataille sur le corps électoral et effets d'annonce dans les médias, tout le monde attend le dénouement avec impatience...

 

 

 

 

Ca ne nous empêche pas de profiter du premier grand week-end de la saison pour une expédition brousse avec Anne-Marie et Eric :

 Première journée camping sauvage sur la plage de la Ouano, en bordure de mangrove. Barbecue sous les étoiles et ambiance musicale.

 

 

 

 

On file ensuite à Pocquereux pour une ambiance broussarde en ferme équestre. Le long de la piste, on croise de vrais cow-boys, chapeau, bottes et tout comme dans les films...

La balade alterne entre paysage de brousse et sous-bois de niaoulis.

 

 

 

 

 

Le dernier jour, on s'attaque au sentier du pic de Ouitchambo. Départ du sentier au milieu de la tribu, en suivant la rivière, on s'éloigne vite de toute habitation pour se perdre dans la forêt au milieu de banians gigantesques dont les racines semblent aller chercher l'eau à des kilomètres. Lorsque la vue se dégage, le pic est toujours aussi loin, et finalement nous ne finirons pas son ascension, un peu trop difficile en plein soleil.

 

 

 

23 février : Déjà la rentrée !

Depuis une semaine, les petits écoliers ont repris le chemin de l'école... Léa entre en CE1 et Matthieu en CM1, c'est du sérieux ! Les matches de foot et les parties de loup ont repris à la récré et à la garderie, et les journées semblent filer à toute allure.

Les week-ends sont partagés entre les travaux sur le bateau et les randonnées aux alentours de Nouméa. On profite d'une super météo pour suivre l'affluent de la Dumbéa jusqu'aux Marmites du Diable : deux petites heures de balade où on met les pieds dans l'eau à plusieurs reprises pour traverser la rivière et la remonter jusqu'à des trous d'eau et des passages où elle se transforme en torrent. Eau cristalline et jacuzzi naturel !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On profite bien des semaines aussi avec un apéro-picnic au Ouen Toro en bonne compagnie un mercredi : vue panoramique sur le lagon et coucher de soleil sur l'îlot Maître. Difficile de croire qu'on est en pleine ville !

 

29 janvier : entre deux dépressions...

Entre deux dépressions, le beau temps revient.... Départ tôt un dimanche matin avec Anne-Marie et Eric pour le barrage de Yate pour une randonnée aérienne :

 On grimpe jusqu'à dominer le paysage, d'abord avec vue plongeante sur le lac Yate et son barrage, 

 

 

 

et après quelques kilomètres avec vue sur la centrale hydroélectrique, le village et la baie de Yate. De ce côté, on découvre la côte est.

 

 

 

 

 

 

Il fait chaud et il y a peu d'ombre, on prolonge alors la rando jusqu'à la rivière pour un peu de fraîcheur. On se baigne dans un cadre superbe, un peu en aval du barrage.

 

 

 

 

 

 

 

C'est probablement interdit pour des raisons de sécurité, mais nous ne sommes pas les seuls à nous laisser tenter, et on imagine que les sirènes sonores se déclenchent avant un lâcher d'eau !

 

 

 

 

 

Quelques nouvelles de Nouméa...

Les nouveaux billets en francs CFP sont arrivés.. Finis les pics de Ua Pou et la Poule de Hienghene sur les billets de 500... Les billets sont plus petits et plus colorés, on dirait des billets de Monopoly !

C'est aussi la fin des soldes. Quelles soldes ? On aura surtout vu des fins de série, avec l'impression que les prix avaient été doublés avant de proposer une remise à 40%... Lutte contre la vie chère, qu'ils disaient !

18 janvier : Premier anniversaire calédonien

Depuis hier, Léa a atteint l'âge de raison ! Comme à chaque anniversaire, on refait un bout du voyage dans nos souvenirs, quatre ans aux Canaries, cinq ans à Panama, six ans à Moorea, et maintenant sept ans à Nouméa... Après les pluies diluviennes de l'année dernière qui nous avaient confinés au bateau, cette année c'est en pré-alerte cyclonique que nous fêtons son anniversaire. Le nord de la Calédonie est en alerte cyclonique orange, mais la dépression tropicale June devrait éviter Nouméa, et n'empêche pas les copines de Léa de venir prendre le goûter à l'appartement.

 

Pas de randonnée prévue ce week-end, les photos sont celles du week-end précédent : journée balade et picnic le long d'un affluent de la Dumbéa. Passé le gué, la profondeur de la rivière varie, du jacuzzi naturel à la piscine olympique, tout ça en eau douce...

 

 

9 janvier : Ascension du Pic Malaoui

Randonnée avec Anne-Marie et Eric de Pollen et Caroline et ses filles, au départ de l'Auberge des Monts Koghis, à l'ascension du Pic Malaoui, qui domine Nouméa. Première partie en forêt, et dernière partie sur les crêtes, les enfants cavalent devant les adultes...

 

 

 

 

 

 

 

 

1er janvier 2014 : Meilleurs vœux des antipodes

Bonne année de Nouméa !

Quelques photos de notre week-end entre Noël et Nouvel an à Poé, la belle plage à proximité de Bourail. Camping sous les banians, randonnée sur le sentier des Trois Baies avec baignade dans les vagues de la Baie des Tortues, sous le Bonhomme et les pins colonnaires, randonnée sur le sentier du Oua Koué dans le domaine de Déva, vues aériennes sur le lagon d'un côté et les sommets de l'autre, balade enfin dans la forêt des cycas, près de la Roche Percée, avec ramassage de maracujas (ici on les appelle des pommes-liane) et des papayes vertes tombées de l'arbre.

 

 

 

 

 

 

Un peu d'ambiance musicale locale :

  • Saï (idem, soirée rhums arrangés à la Bodega...)

Eol en chantier...

Eol est maintenant posé sur ses quillons, dans un chantier de la baie de Numbo.

Un peu de travail à bord pour l'hiverner (il n'existe pas de verbe pour cette opération lorsqu'on la fait en été...), et pour le mettre en configuration cyclonique en cas d'alerte : dégréer les voiles, déposer la bôme et les panneaux solaires, enlever le bimini et les filets, ramasser tout ce qui traîne, et amarrer le bateau au sol. On compte également profiter de cette mise à sec pour faire un peu d'entretien et quelques petits travaux. En attendant, remisage des deux moteurs, du déssalinisateur, des deux toilettes, des deux hors-bord, et nettoyage en tout genre...

Changement de décor pour toute la famille : Appartement au quatrième étage en centre-ville, sans vue sur la mer (ça fait tout drôle...), avec micro-ondes, lave-linge, fer à repasser (comment ça marche déjà??), et surtout congélateur et eau chaude à volonté... Ca fait rire les copains des bateaux mieux équipés qui ont déjà tout ça à bord, même au mouillage, mais pour nous c'est le grand luxe !

Ensuite, c'est quatre jours de transition, avant d'emménager dans un deuxième appartement. On squatte en chantier, pas très confort...Les lattes de GV en travers du carré, la GV dans son sac qui prend la moitié d'une banquette, peu d'électricité parce que les batteries ont presque rendu l'âme, on croisait les doigts en quittant Wallis pour qu'elles tiennent toute la navigation, mais on ne pouvait pas en attendre tellement plus. On pourrait bien se brancher sur l'électricité du chantier, mais la prise est à 50 mètres, un peu loin pour notre câble... Donc pas de toilettes, pas de douche dans les sanitaires du chantier, on se lave à l'eau froide au pied du bateau. Il fait très chaud à bord, et les moustiques se comptent par dizaine...

Heureusement, on s'échappe pour le week-end : Halte à Ouano, aux plages au milieu de la mangrove, et au parc municipal de la Foa.

 

L'après-midi, on se dirige vers Farino, dans les terres. Paysage de montagnes, très vert, avec une belle vue jusqu'au lagon.

 

 

 

On se balade jusqu'à la petite cascade, baignade en eau douce où Matthieu et Greg s'amusent à modifier le cours de la rivière.

Le soir, on campe, la tente prend l'air pour la première fois depuis 3 ans, après avoir voyagé avec nous depuis la France. Notre dernière nuit en camping remonte à Tayrona, en Colombie, c'est loin...

 

 

Après une courte nuit (on n'oubliera pas les matelas et les oreillers la prochaine fois !) on randonne dans le parc des Grandes Fougères. Une petite dizaine de kilomètres au milieu des fougères préhistoriques dont Matthieu nous parle depuis des mois. En traversant un creek, on surprend trois cagous, qui se laissent observer à quelques mètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le squatt du week-end, on emménage dans notre deuxième appartement. Rez-de-chaussée, avec immense terrasse couverte de plantes. Toujours pas de vue sur la mer, mais l'impression quand même de vivre dehors, toutes baies vitrées ouvertes, repas en extérieur, et calme presque comme dans un mouillage désert la nuit... on devrait s'y plaire !

 

7 novembre : le blog en images...

Festival Polynésien Place des Cocotiers : danses futuniennes, vente de tiki et de tifaifai, dégustation de brochettes de viande et de salade tahitienne sous le soleil de Nouméa...



On varie les sites de pic-nic les week-ends, parc zoologique et forestier, où l'on rencontre nos premiers cagous, Kuendu Beach et le fort Tereka, 



lâcher d'enfants au Ouen Toro, avec son point de vue et ses papayes,...



On pousse un peu plus loin vers le sud jusqu'au Parc de la Rivière Bleue, avec rando dans la forêt, promenade sur le pont et baignade dans le creek avec Caroline et ses filles...





sans oublier de fêter Halloween...



Il fait chaud sous les capes de déguisement, c'est déjà l'été !

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION