Atlantique

4 décembre : « Soyez les bienvenus ! » ou « comment nous avons failli beacher sur la digue » (titre alternatif)

A 3 milles de Rabat, nous sommes tous les deux éveillés, à guetter le paysage. Notre carte est loin d'être précise. Nous savons qu'il faut passer entre deux digues, pas forcément balisées, puis remonter l'oued sur un peu moins d'un mille avant d'atteindre la marina. La carte mentionne une tour, un minaret et un fort... devant nous, des lumières partout, les murs éclairés de la médina et des minarets un peu partout... Avant de nous signaler par VHF, nous voulons donc repérer l'avant port. Erreur !

4 décembre 2010 : L'Atlantique, ça se mérite !

Après 11 jours passés à Gibraltar à essuyer les dépressions, nous entrevoyons une fenêtre météo pour partir. Nous avons bien profité du Rocher, entre balades et courses, mais il est temps de continuer le voyage. La fenêtre est étroite, nous n'irons pas jusqu'au Canaries directement. Destination : Rabat.

7 décembre : du soleil !...

Le tajine préparé par Greg glougoute dans le faitout, ce midi c'est fête sur Eol ! Nous retrouvons le plaisir de manger dehors, nous avons ressorti les tongs et rangé les couvertures. Évidemment pas encore de débardeur pour moi, ici les femmes sont quand même couvertes, même si une bonne partie d'entre elles ne portent pas le voile. Pour la première fois depuis notre départ, nous profitons complètement de notre escale, sans penser à repartir immédiatement.

10 décembre : … et de la chaleur !

Une semaine déjà que nous sommes au Maroc. Nous y avons déjà pris quelques habitudes de promenade dans la médina de Rabat et dans celle de Salé, la ville voisine, où nous faisons le plein de fruits et légumes, d'olives et de citrons confits. Le pain aussi est excellent, en forme de galettes. La viande, les dattes, les abricots secs... La chaleur, enfin, alors que nous avons eu si froid à Gibraltar !

14 décembre 2010 : Sous le soleil d'Agadir

J'aurais aimé vous parler plus tôt de la magie des navigations de nuit, des heures passées à compter les étoiles filantes et à admirer le sillage phosphorescent du bateau, accompagnés par les dauphins. Mais voilà, jusqu'à maintenant, nos navigations de nuit sont plutôt des moments de stress, de fatigue et peu de plaisirs. C'est un décompte des heures restantes jusqu'au lever du jour, et entre le trop de vent, trop de houle, trop de grains ou pas de vent du tout, nous n'avons eu que peu d'occasions d'admirer tranquillement les étoiles filantes.

20 décembre : Agadir toujours


La vie s'écoule doucement à la marina d'Agadir. Prise de météo sur internet, pour pouvoir ensuite comparer les données avec les équipages voisins. Certains sont là depuis plus d'un mois, à attendre un créneau d'au moins trois jours pour rallier le Sénégal ou les îles principales des Canaries. Cela fait un petit moment qu'il n'y a pas eu plus de deux bonnes journées d'affilées. Il fait en général beau, mais le vent est de sud-ouest, et monte parfois dès qu'on quitte l'abri de la côte. Le risque aussi en partant avec une fenêtre trop courte est que les marinas des Canaries soient pleines, et les mouillages peu abrités pour des vents de secteur sud.

23 décembre : Noël en bateau


Une fenêtre météo s'est ouverte aujourd'hui. Cela fait plusieurs jours que tout le monde la guettait, mais la houle toujours présente a refroidi tous les équipages. Se faire brasser par une houle de travers de plus de 4 mètres jusqu'aux Canaries, sans savoir ce que nous trouverons là-bas (la rumeur dit que les marinas sont complètes...) ne nous tente pas. Sur la quinzaine de bateau en attente à la marina, seul un est parti ce matin. Si le vent ne bascule pas au sud, la houle devrait diminuer, et il y aura d'autres départs après Noël.

30 décembre 2010 : à tous ceux qui nous prennent pour des fous...

Sachez qu'ici, nous sommes des gens bien ordinaires... Greg peut laisser pousser sa barbe, les enfants se promener pieds nus sur les pontons, et moi étendre tout le linge à sécher sur le bateau en guise de grand-pavois, nous avons ici perdu notre statut de vagabonds-aventuriers, détrônés par plus fous que nous...

31 décembre : dernier jour au Maroc

Une fenêtre météo de plus deux jours, enfin ! Elle débute le 31 décembre, nous privant d'une autre soirée-réveillon avec l'ensemble de la marina. C'est une fenêtre avec peu de vent et encore un peu de houle, mais si nous ne la prenons pas, nous craignons de rester encore longtemps ici, à subir la houle dans le port. Nous partirons donc dans la journée. Le plein de fruits et légumes, d'huile d'olive, de dattes et d'olives est fait. Nous aurions voulu faire aussi le plein de pâtisseries, mais impossible de ne pas les manger au fur et à mesure...

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION